L’aide-soignante en maison de retraite a pour mission d’accompagner les personnes âgées dans les actes de la vie courante le plus longtemps possible, et de les accompagner jusqu’à leur dernier souffle de la manière la plus appropriée.

Après un bac SMS (Sciences Médico Social) « en poche », j’ai commencé par effectuer des remplacements dans diverses maisons de retraite en tant qu’agent social (service ménagers, aide à la personne, préparation des repas). Puis j’ai décidé de passer le concours d’aide-soignante. Après une année d’étude et depuis l’obtention de mon diplôme d’aide soignante, je travaille au sein d’un CANTOU (Centre d’Animation Naturel Tiré d’Occupations Utiles) : unité de petite taille spécialisée pour les personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer, rattachée à un EHPAD (Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes). Quelques mois après je passais le concours de la fonction publique « d’auxiliaire de soins territoriale » afin d’être titulaire de mon poste.

En travaillant au sein d’un CANTOU mes activités sont différentes en fonction de mon planning (soins de nursing si je suis du matin ou du soir, activités diverses si je suis d’après midi), mais à tout moment de la journée il faut savoir être à l’écoute des besoins de la personne âgée. Autant que possible il faut lui laisser l’autonomie qu’il lui reste, en la stimulant ou l’aidant pour les actes essentiels de la vie quotidienne. Ces gestes automatiques et habituels pour nous deviennent difficiles pour eux.

Favoriser la mémoire de nos anciens fait également partie de mon métier, jouer au loto aidera la personne à garder en mémoire les chiffres ; regarder la télévision c’est bien mais échanger avec elle sur ce qui a pu l’intéresser ou l’interroger lui permettra de renouer le dialogue avec les autres.

Faire une petite balade à l’extérieur, aller acheter deux ou trois petites courses permettra de garder le contact avec l’extérieur et ainsi éviter le repli sur soi, l’isolement, la solitude, …

Ce métier m’apporte beaucoup sur le plan humain. Plusieurs formations me sont d’ailleurs proposées chaque année dont « humanitude », qui est une formation qui porte la personne âgée au centre de notre intérêt, qui permet de se remettre en question, qui ouvre les portes de la bientraitance, ….

Chaque jour, j’apprends sur les personnes que j’accompagne : elles ont un potentiel énorme qu’on ne soupçonnerait pas si on ne se donnait pas la peine d’être là, de prendre le temps, d’écouter. Mon travail est différent chaque jour et ça c’est très important pour ne pas rentrer dans une routine…

Bien sûr, comme tous professionnels de la santé nous faisons face à un réel manque de temps, mais face à cette réalité de terrain il faut malgré tout beaucoup donner, être très patients, ouverts, humains, et réactifs !

 Témoignage recueilli par le service des travailleurs sociaux de