_AAA0101-def1-rvb

copyright

 

La pratique d’une activité physique améliore considérablement la qualité de vie des patients atteints de cancer du sein. Tout d’abord en réduisant la fatigue ressentie de 30 %. Ensuite en réduisant de presque 50 % le risque de décès par ce même cancer. Le risque de rechute après un premier cancer du sein est de 34 %.

Ceci s’explique notamment par l’amélioration de facteurs associés au surpoids c’est à dire la diminution de la graisse abdominale, (et du poids corporel) et la diminution des taux plasmatiques d’insuline et facteur de croissance IGF 1. On note aussi une réduction de l’anxiété et de la dépression, l’amélioration du sommeil et de l’image de soi. L’activité physique est donc un atout de premier choix pour lutter contre la maladie.

En ce qui concerne l’effet protecteur de l’activité physique pour une personne bien portante ,on estime qu’une femme très active à 20 % de risque en moins de déclaré un cancer qu’une personne pas du tout active. Plus l’activité croit, plus le risque chute. Mais ceci n’est vrai que pour les femmes post ménopausées. Aucune certitude pour les autres. Dans tous les cas, l’activité physique reste un allié de choix.