Être aidant ça prend du temps et/ou de l’attention et ça demande de l’organisation. Ce rôle peut avoir des conséquences importantes sur la vie professionnelle. Trouver un bon équilibre est nécessaire.

Nous avions déjà fait un point sur les congés spécifiques existants qui peuvent être octroyés (congé de solidarité familiale, congé de présence parental et congé de soutien familial). Outre ces congés, vous  pouvez solliciter un aménagement de votre temps de travail afin de concilier au mieux votre vie personnelle, professionnelle et votre rôle d’aidant.
En effet, les entreprises peuvent favoriser et permettre une flexibilité pour concilier vie professionnelle et rôle d’aidant. L’individualisation des horaires de travail, le télétravail peuvent être des solutions à envisager avec son employeur.
Il est également important de travailler sur un aménagement du temps de travail adapté en concertation avec tous les intervenants du milieu professionnel : le service des ressources humaines, les représentants du personnel, la médecine du travail…
Certains employeurs réfléchissent à la mise en place dans leur entreprise de dispositifs et aides pouvant soutenir et accompagner leurs salariés aidants : écoute psychologique, conseils dédiés…les choses avancent, donc, et notre société évolue dans la prise en compte de cette problématique.
Il est à noter que la vie professionnelle peut également être investie de manière importante par l’aidant et être vécue comme un espace d’épanouissement, et de rencontres. Non pas que leur rôle d’aidant soit dévalorisé pour ces personnes en activité, mais la vie professionnelle est nécessaire pour leur bien-être. Elle aide à l’équilibre !

Dans ce cadre, n’hésitez pas à solliciter des aides à domicile pour prendre le relai lors de vos absences afin de maintenir votre rôle d’aidant les temps choisis.

Vous pouvez enfin penser à partager vos questions et expériences au travers d’associations constituées le plus souvent de personnes ayant connu des situations d’aidants telles que France Alzheimer, Ligue contre le cancer. Elles sont accueillantes, jouent un rôle de soutien et renforcent la solidarité et le partage entre les aidants. Certaines proposent également des groupes de paroles avec un professionnel formé.

Des solutions pratiques peuvent aider à l’organisation du quotidien et vous permettre d’être au travail sans être inquiet(e) : la téléassistance peut se montrer une aide rassurante. Elle sécurise votre proche resté à la maison et lui permet de recevoir de l’aide via un réseau de proximité s’il en a besoin. Vous êtes alors informé(e) mais non directement sollicité(e) en cas de problème.
Être aidant, travailler, c’est aussi une question d’équilibre et donc de « règles à respecter » : définissez quand et pourquoi la personne aidée peut vous appeler ou être appelée (lors de la pause déjeuner ? pas de tout ? seulement pour les choses très urgentes ?).

Pensez, si cela est possible et si vous en avez envie, à aller « vous défouler » lors de la pause repas : utilisez, si elles existent, les infrastructures mises à disposition de l’entreprise pour faire du sport, allez marcher, nager, courir,…

Faites appel à toutes les compétences et ressources de la personne aidée pour maintenir un équilibre : vous aidez cette personne mais elle est aussi à même, dans la plupart des cas, de faire des choses ou rendre des services. Sollicitez là pour une aide aux devoirs, une course, une surveillance, une activité ménagère,… bref, demandez-lui à son tour de vous rendre service. Ce n’est qu’à ce prix qu’elle et vous maintiendrez un équilibre pérenne.

 

Les travailleurs sociaux et les ergothérapeutes de SERENA