Pourquoi n’arrivons-nous plus à monter les escaliers ?

La survenue d’un événement traumatique avec persistance de séquelles, d’une maladie ou simplement l’avancée en âge provoque des difficultés à monter les escaliers voire une impossibilité totale.

La solution la plus simple dans ces cas est d’aménager une chambre, une pièce d’eau au rez-de-chaussée de sa maison pour vaquer à ses activités sans utiliser d’escaliers.

Pourtant d’autres solutions existent en fonctions du degré de difficultés.

 

Je peux encore monter les escaliers mais cela est de plus en plus difficile, j’appréhende.

En présence de déficits moteurs, de perte d’équilibre, de déficit visuel…, monter les escaliers peut être considéré comme une prise de risque.

Il s’agit de mettre en place des mesures de prévention pour limiter les risques de chutes :

  • Des mains courantes de chaque côté placées à une hauteur d’environ 90 cm du sol ( à adapter selon la taille de chacun) et sans discontinuité et qui se poursuivent au-delà du bas et du haut de l’escalier ;
  • Un éclairage non éblouissant et suffisant ;
  • Des marches bien visibles et non glissantes ;
  • Vérifier les abords de l’escalier, le chaussage…

Je ne peux plus monter mes escaliers

S’il s’agit d’un escalier intérieur, il est possible de s’orienter vers le siège monte-escaliers (dispositif équipé d’une assise qui suit un rail fixé aux marches, au mur). Cet équipement permet de franchir les escaliers sans prises de risques. Il est possible de s’adapter à la plupart des configurations.

Les transferts vers ces sièges monte-escaliers doivent pouvoir se faire en toute sécurité.

 

Certains systèmes sont prévus pour être installés en extérieur. Se renseigner auprès du fabricant.

 

Je suis en fauteuil roulant et je ne peux plus monter les escaliers

Lorsque l’installation au rez-de-chaussée n’est pas possible, l’extension du domicile impossible, la solution à envisager est l’installation d’une plate-forme élévatrice en intérieur ou à l’extérieur du domicile.

Pour ce faire, une étude de faisabilité technique est nécessaire. Cette solution peut s’avérer coûteuse.

 

L’autre solution consiste en l’installation d’une plate-forme monte-escaliers si la configuration de l’escalier le permet.

 

Si les deux solutions précédentes ne sont pas envisageables, il existe la solution des monte-escaliers motorisés.

Ces systèmes s’adaptent sur la majorité des fauteuils roulant manuels, permettent le franchissement des escaliers en fauteuil roulant sans toucher au bâti mais avec l’intervention d’une tierce personne sensibilisée à cet usage.

Ces systèmes permettent de franchir des escaliers droits, en colimaçon…

Des essais peuvent être demandés avant achat.

Comme vous pouvez le voir, plusieurs solutions existent. Alors comment choisir ?

Tout d’abord, il est important de bien identifier vos difficultés et vos besoins afin de cibler la solution adaptée à votre mode de vie.

Si vous vous sentez perdus dans les différentes solutions proposées, consultez un ergothérapeute.

Ce professionnel, après une évaluation, pourra vous conseiller sur  les meilleures façons de modifier vos escaliers, votre comportement, sur le type de solutions à privilégier en tenant compte de vos difficultés et de vos habitudes de vie et pourra également vous orienter vers les organismes de financement existants.

 

Sur le même thème :

Les monte-escaliers pour personnes à mobilité réduite avec une tierce personne

Dossier cuisine et handicap

Publié le 03/11/2017

 

Les ergothérapeutes de