MACIF2010_Barcelona_Pic31_Woman,Woman 0592-def1-cmjn.Gerhard Linnekogel_Eyesee#131E

copyright

Deux tiers des personnes malvoyantes ont plus de 60 ans, et parmi elles, plus du tiers ne sont pas identifiées. Beaucoup ne se considèrent pas comme étant « handicapés ».

La mauvaise vue des personnes âgées est très souvent attribuée à leur âge et non à la maladie visuelle dont ils sont atteints : DMLA (Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age), cataracte, glaucome et maladies de la rétine.

La non-prise en charge du handicap visuel peut être lourde de conséquences :

  • faute de conseils adaptés, l’environnement devient peu à peu moins familier, la qualité de vie baisse et les proches sont dans des situations d’incompréhension face aux conséquences comportementales non expliquées,
  • faute de rééducation, les déplacements et les actes de la vie quotidienne deviennent plus difficiles à réaliser.

 

Les conséquences du handicap visuel vont alors s’ajouter à d’autres difficultés ou d’autres pathologies et peuvent accélérer l’entrée dans la dépendance.

 

Alors que faire ?

La première chose est de s’informer auprès de l’ensemble des acteurs et ressources liés au handicap visuel : ophtalmo, orthoptistes, opticiens,ergothérapeutes, services pour personnes âgées, associations pour personnes déficientes visuelles, …

Il est également important de proposer aux personnes un apprentissage de l’utilisation de techniques qui leur permettront d’améliorer leur vie quotidienne : gestion de la lumière et de l’éclairage, identification des zones de danger (escaliers par exemple), petits aménagements dans des pièces de vie nécessitant la manipulation d’objets (cuisine, salle de bains, …), utilisation de matériel adapté …

 

L’entourage proche (les aidants) joue un rôle majeur dans l’accompagnement des personnes âgées devenant déficientes visuelles. Il est important que les aidants comprennent la situation de leur proche, les conséquences fonctionnelles du handicap, et qu’ils soient conseillés afin d’apporter le soutien nécessaire.

Mais attention de ne pas faire à la place de la personne aidée ! Le maintien d’un certain niveau d’autonomie est primordial, si l’on ne veut pas créer la dépendance et aggraver l’isolement.

 

Publié le 22/07/2016logo-Vertical_Aveugles_de_France-BASELINE

Fédération des aveugles de France