Maison_Billets_EurosLa dépendance induit des coûts importants, des dispositifs de la collectivité en financent une partie mais une part importante reste à charge des personnes et de leur famille.

Les dispositifs existants

L’aide à domicile est l’ensemble des moyens permettant à toute personne de continuer à vivre dans son environnement tout en préservant les actes de la vie quotidienne.

Pour les personnes âgées :

  • L’Allocation Personnalisée d’Autonomie (A.P.A) du conseil départemental est une aide attribuée aux personnes de plus de 60 ans en perte d’autonomie, relevant d’un G.I.R (groupe iso ressource précisant le degré de dépendance défini dans le cadre d’une grille regroupant l’ensemble des actes de la vie quotidienne.) 1 à 4 pour une aide à domicile, des aides techniques etc… afin de subvenir à l’ensemble des besoins de la personne.
  • Les Caisses de retraites accordent sous certaines conditions, des aides financières pour l’aide à domicile, la télé alarme, le portage de repas, l’amélioration de l’habitat, la sortie d’hospitalisation… Ces aides concernent les personnes qui relèvent du GIR 5 ou 6.
  • L’Aide sociale à domicile est destinée à une personne âgée vivant seule ou avec une personne ne pouvant lui apporter l’aide nécessaire, sous conditions des ressources établies par le Conseil Départemental. Elle est à solliciter auprès de la mairie.
  • Les aides des caisses de retraites complémentaires comme le Dispositif Sortir + : aide au transport pour les 80 ans et plus par le biais de chèques emploi service universels pré-financés et nominatifs attribués par les caisses de retraite complémentaire. Il convient de s’adresser aux caisses complémentaires pour connaître leurs différentes prestations.

Pour les personnes en situation de handicap :

La Prestation de Compensation du Handicap (P.C.H.) est destinée à compenser les conséquences du handicap par une aide humaine, technique, d’aménagement du logement. Il faut que le handicap ait été reconnu avant 60 ans et ne pas dépasser 75 ans. Le dossier est à retirer auprès de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) du département.

Pour les enfants :

Il convient de s’adresser à La Caisse d’Allocation Familiale (C.A.F) afin de vous renseigner sur vos droits dans le cadre de la PAJE (Prestations d’accueil du jeune enfant) ainsi que sur les autres aides possibles.

Tout public :

  • Les Mutuelles et assurances dépendances : possibilité d’aide financière en fonction du contrat d’assurance dans le cadre d’un contrat dépendance.
  • Déductions fiscales dans le cadre d’un service d’aide à la personne (par une association ou emploi direct). Sommes à déclarer au niveau de la déclaration de revenus. Réduction ou crédit d’impôts possible selon les barèmes fixés. Se rapprocher du centre des impôts pour plus de renseignements.
  • Le CESU préfinancé est un moyen de paiement permettant de rémunérer des services à la personne. Se renseigner auprès de son Comité d’entreprise ou son employeur.

Afin de faire la ou les demandes pour ces différentes aides financières, ne pas hésiter à faire appel au réseau et partenaires locaux de secteur : CCAS, CLIC, conseil départemental , mairie…; qui pourront vous accompagner et conseiller dans les démarches. Ces aides sont toutes conditionnées aux ressources, à la situation familiale , au niveau de dépendance… et de ce fait il y a un reste à charge plus ou moins important selon les situations.
Donc malgré ces différents dispositifs , les personnes dépendantes et leur famille doivent « mettre la main au porte monnaie » .

Le reste à charge des familles

Relatifs à l’aidé :

En ce qui concerne le recours à une aide humaine professionnelle, l’APA et la PCH ne couvrent pas l’intégralité des dépenses, c’est le cas de la PCH qui ne prend pas en compte les aides ménagères et aides à la préparation des repas par exemple et obligent à des dépenses complémentaires.
Les principales dépenses inhérentes à la perte d’autonomie font apparaître la part du coût des auxiliaires de vie mais aussi des dépenses liées aux protections pour l’incontinence et à l’acquisition de produits de soins corporels et d’hygiène or il s’agit de produits qui ne sont pris en charge ni par l’assurance maladie ni totalement pris en compte dans les plans d’aide.

D’autre-part les frais de soins que nécessite l’état de santé de la personne dépendante représentent un coût même si la sécurité sociale intervient, une part reste à charge de la personne ou de son entourage après remboursement de la complémentaire santé.
Concernant les frais liés aux aménagements de logement , même si des dispositifs existent tels que les aides de L’ANAH (Agence Nationale de l’amélioration de l’habitat ) , des caisses de retraite , du conseil départemental dans le cadre de l’APA , PCH… , suivant l’urgence et les critères d’attribution , les bénéficiaires doivent le plus souvent participer aux frais d’aménagements du logement.

Relatifs à l’aidant :

D’autres frais sont directement supportés par l’aidant , qui doit également faire attention à sa propre santé. Les aidants souffrent davantage de fatigue, de stress, de trouble du sommeil, de dépression. Le recours à un psychologue, peut se révéler nécessaire et sera alors à la charge de la famille.
Les frais de transports pour accompagner la personne à divers rendez- vous de spécialistes qui ne sont pas toujours près du domicile représentent également un reste à charge pour l’aidant.
Les conséquences d’un statut d’aidant sur l’activité professionnelle peuvent représenter une part d’investissement financier pour l‘aidant contraint de diminuer son temps de travail ou contraint d’arrêter son activité.

Des congés spécifiques existent comme :

ceux- ci sont peu ou pas rémunérés.

Rémunération de l’aidant:
Selon la situation et le lien familial, il est possible que l’aidant soit rémunéré avec l’APA ou la PCH,