Couple sénior déjeuner terrasse

copyright

 

Etre aidant est une “expérience” profondément individuelle et singulière. Il existe autant de façons d’être aidant, qu’il existe d’aidants.

 Etre aidant c’est côtoyer la souffrance, la dépendance.

 Etre aidant c’est se confronter au sentiment d’injustice, à ses limites et à son impuissance.

 

Chaque aidant apprend à le devenir, jour après jour, sans nécessairement en avoir conscience, tout au moins les premiers temps. Le temps passant, être aidant peut devenir usant, pesant et créer des sentiments imprégnés de colère, de frustration, et de peurs.

 

Etre aidant transforme profondément l’homme et la femme « d’avant ».

 

Etre aidant c’est aussi découvrir et apprivoiser sa vulnérabilité tout en agissant, tout en restant vigilant, tout en continuant à aimer du mieux possible, autant qu’il est possible de le faire.

 

Pour autant, tout cela, tout ce qui peut apparaître « normal » et « naturel » ne l’est pas. Etre aidant c’est être repoussé dans ses propres retranchements, être contraint de puiser au plus profond de soi ce que l’on a de « meilleur ».

 

Ainsi, l’aidant peut accéder à une partie méconnue de lui-même qui le pousse à faire émerger un potentiel empathique et altruiste qu’il ne peut pas imaginer tant que l’adversité de la vie ne l’y a pas confronté.

 

Etre aidant c’est se confronter à son humanité, à apprendre à prendre soin de l’autre, à le sécuriser, à l’apaiser.

 

Découvrir et se familiariser avec sa propre vulnérabilité permet de la reconnaître. Avoir conscience des aspects fragiles de sa personnalité, de ses faiblesses est une véritable force en soi.

 

Participer à créer un environnement propice à un certain bien-être dans lequel la vie peut continuer à s’infiltrer au quotidien, s’exprimer au travers de petits détails qui rendent chaque journée différente en lui apportant un supplément d’âme et en l’entraînant vers demain, révèle cette force de vie qui nous propulse en avant et nous offre la possibilité d’entraîner avec nous ceux qui ont besoin de nous.

 

Devoir prendre soin d’un proche en perte d’autonomie, veiller à prendre soin des autres tout en avançant sur son chemin de vie est l’opportunité de réveiller et développer la force qui sommeille en nous.

 

Sur le même thème :

Le répit des aidants familiaux : principaux repères

La CNSA et la DGCS publient une évaluation sur les plateformes d’accompagnement et de répit pour les aidants

Garde itinérante : une solution de répit la nuit

Résultats du sondage sur le répit des aidants familiaux

L’accueil temporaire

Muriel Gaillard

Consultante – Formatrice

Diplômée en Ethologie

Logo Occatio

 Publié le 11/02/2016