Lorsque la vision est altérée (perte de l’acuité visuelle, altération de la vision des contrastes, sensibilité à l’éblouissement …), le risque de chute lors de vos déplacements est augmenté.

Lorsque la mobilité est altérée (perte d’équilibre, limitations articulaires, douleurs ….), la vue permet d’anticiper la présence d’obstacles et intervient dans les fonctions d’équilibration.

La nuit, avec un faible éclairage limitant les informations visuelles utilisées pour la gestion de l’équilibre, le risque de chute est majoré, il est important de le prendre en compte.

 

Améliorer le repérage de vos espaces de circulation : 

  • Bon repérage des points d’appui :
    Si vous avez besoin d’un appui sur une main courante lors de vos déplacements, pensez à ce qu’elle soit contrastée par rapport au mur afin d’être bien repérable, y compris avec un faible éclairage ou avec une altérationde la vision.
  • Permettre un bon repérage des interrupteurs :
    bon contraste par rapport au mur pour faire ressortir l’interrupteur. Astuce : un interrupteur clair sur fond clair, peut-être simplement « souligné » par un adhésif de couleur contrastée ou phosphorescent, ou prévoir un interrupteur avec une partie lumineuse.
  • Le balisage lumineux du cheminement à suivre pour aller de la chambre aux toilettes par exemple, peut être intéressant pour donner des repères lors du déplacement dans l’obscurité. Il existe différents moyens qui peuvent être combinés pour réaliser ce balisage :

 en utilisant des adhésifs photoluminescents (balisage sur les murs, contour des obstacles, encadrement des portes …).
Bandes adhésives qui se chargent rapidement lorsqu’elles sont exposées à une lumière naturelle ou artificielle et qui restituent dans l’obscurité une intense luminescence s’estompant progressivement. Privilégier les produits photoluminescents prévus pour les signaux de sécurité, au minimum en classe de luminance C (fort) ou D (extra fort) pour une photoluminescence visible sur une plus longue durée. Les couleurs vert ou turquoise se chargent plus rapidement et brillent plus longtemps.

la pose de veilleuse sur prise électrique :
éviter les manipulations en position basse source de déséquilibre pour la personne. Prévoir une veilleuse qui s’allume lorsque la luminosité  diminue assurant ainsi la permanence d’une source lumineuse, couplée avec un détecteur de mouvement.

la pose de veilleuses fixées par adhésifs, sans fils, sur piles peut permettre de mettre en place un balisage et/ou éclairage dans un endroit non équipé par un éclairage « traditionnel » ou sans prise électrique. Choisir un équipement qui se déclenche automatiquement en fonction du niveau de luminosité et du passage de la personne.

 

La mise en place de signalisation doit être bien étudiée pour ne pas être source d’inconfort ou de risque ?

  • Un équipement tel qu’une veilleuse insérée dans une prise électrique, sans détection automatique doit être éteinte ou débranchée pendant la journée. Si la prise est en position basse et qu’il faut se pencher pour actionner l’interrupteur ou débrancher la veilleuse, c’est une prise de risque supplémentaire ou une difficulté éventuelle pour la personne.

 

  • Les adhésifs phosphorescent (photoluminescent) renvoient la lumière absorbée après une exposition prolongée pendant une durée limitée (variable selon le classement du produit) qui doit être pris en compte en fonction du lieu, ils doivent être complétés par un éclairage permanent ou se déclenchant aux mouvements  pour couvrir la totalité de la période d’obscurité. Le lieu où ils seront installés devra permettre un éclairage suffisant  pour le chargement de la lumière.

 

  • Attention à la réflexion des points lumineux dans une source réfléchissant comme un miroir par exemple, pour éviter un inconfort lié à l’éblouissement ou une confusion dans le repérage.

 

  • Attention à ne pas poser une lampe d’appoint dans le couloir en rajoutant un fil électrique au sol susceptible de provoquer une chute.

 

Sur le même thème :

Se relever rapidement après une chute, pourquoi ?

Idée reçue : “Elle ne voit plus rien, c’est normal elle vieillit !”

 

Publié le 13/11/2017

Document réalisé par les ergothérapeutes d’IMA