_AAA7360-def1-cmjn © Gerhard Linnekogel - Eyesee

 

Vous êtes en perte d’autonomie pour plusieurs mois et votre habitation comporte des escaliers. Pour diverses raisons (difficultés à utiliser des cannes, circulation en fauteuil roulant, plusieurs étages), vous êtes prisonnier de votre environnement.

Quelles solutions envisager?

Pour les plus jeunes ou les plus alertes, une canne et une main courante dans les escaliers peuvent suffire. Parfois même, elles expliquent qu’elles arrivent à descendre et remonter sur les fesses !

 

Pour les plus âgés ou handicapées, que faire ? Appeler des voisins costauds pour vous porter à chaque sortie ? Est-ce sans risque ? Sont-ils bien disponibles sur la durée ? Et installer un système de siège monte-escaliers ne s’envisage qu’à long terme.

 

Sachez qu’il existe des systèmes de monte-escaliers avec siège intégré qui peuvent vous permettre d’utiliser vos escaliers avec l’aide d’un tiers. Pas besoin de deux personnes baraquées !! Ce tiers peut être votre conjoint ou une personne de votre entourage à condition qu’elle soit fiable (bon pied, bon œil) mais pas besoin de gros muscles.

Un de ces systèmes permet aussi d’utiliser le fauteuil roulant sur lequel la personne est assise en ajoutant une petite pièce de fixation (pas toujours).

 

Il permet d’utiliser tout type d’escaliers : droit, tournants. A conditions, que l’escalier soit en bon état, que les marches ne soient pas trop hautes (en général 20 cm de haut au maximum).

 

Il nécessite un apprentissage d’une heure environ par le tiers aidant afin d’avoir la procédure en main. Il s’agit en effet de basculer la personne assise en arrière à 45-60 ° environ et de garder cet équilibre tout en appuyant sur un bouton intégré dans une poignée, afin de faire monter ou descendre le système, en toute sécurité, marche par marche.

L’appareil fait le travail, se réajuste sur chaque marche, produit l’effort. Il peut se conduire avec « deux doigts ». Il nécessite surtout de ne pas avoir peur de la position inclinée vers l’arrière pour l’utilisateur. C’est pourquoi des essais sont recommandés afin de lever cette inquiétude.

 

Quatre appareils sont sur le marché français à notre connaissance. Vous pouvez les voir et les essayer dans les salons du handicap (voir article du mois de Juin 2015). Ces systèmes sont onéreux mais ils peuvent être utilisés presque partout, pas uniquement chez vous.

Compter entre 5.000et 6.000 € à l’achat.

Pour des courtes durées (le temps d’un plâtre) de 2 à 3 mois, la location commence à être possible chez des revendeurs locaux ou dans les antennes régionales d’importateur.

Pour une semaine, compter une centaine d’euros. Pour le mois, 330 à 350 €. Pour trois mois entre 900 et 1.000 €. Il faut y ajouter le coût de la formation ou apprentissage : entre 110 et 150 euros.

Et si votre immobilisation est plus longue, faites le comparatif avec un siège monte-escalier (qui lui ne nécessite pas l’aide d’un tiers) en sachant que le coût d’une installation pour un escalier droit arrive en concurrence au bout d’une petite année et de 2 à 3 années pour un escalier courbe ou à plusieurs volées.

 

 

 

Les ergothérapeutes de

 

logo IMA_