La majorité de nos aînés préfère rester le plus longtemps possible à domicile mais lorsque la perte d’autonomie s’installe, le maintien à domicile peut devenir compliqué :

  • Isolement
  • Environnement inadapté
  • Insécurité de la personne
  • Coordination des services d’aides à domicile
  • Fatigue des aidants

Afin que la décision d’intégrer un établissement ne se fasse pas dans la douleur et la culpabilité, il est important que ce choix se fasse dans le calme, la concertation et l’anticipation. Il ne faut pas oublier qu’un changement de lieu de vie est un grand bouleversement !

Une fois le nouveau projet de vie définit, quels sont les critères de choix de l’établissement ?

  • 1/En fonction de l’état de santé et de dépendance : médicalisé ou pas, avec unité spécialisée…, ci-dessous quelques que exemples d’établissements :
    • Résidences autonomie (ex foyer logement) / résidences services : ensemble de logement pour les personnes âgées relativement autonome, associé à des services collectifs (restauration, animation…)
    • Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) avec ou sans unité spécialisée (ex Alzheimer) : maisons de retraite médicalisées pour les personnes de plus de 60 ans ayant besoin d’aide et de soin au quotidien
    • Unités de Soins de Longues Durée (USLD) : structure médicalisée, relevant du secteur hospitalier, ayant vocation à accueillir les personnes âgées les plus dépendantes et dont l’état de santé nécessite une surveillance médicale continue et des soins importants. Une USLD propose les mêmes prestations qu’un EHPAD.
    • Centres d’Activités Naturelles Tirées d’Occupations Utiles (CANTOU) : petites structures d’hébergement qui accueillent une dizaine de personnes âgées souffrant de « troubles du comportement », de désorientation, de démences,… Il s’agit de petites unités autonomes ou intégrées à un établissement d’accueil de type maison de retraite médicalisée ou MAPAD (Maison d’Accueil pour Personnes Âgées Dépendantes)

 

  • 2/ En fonction du secteur géographique: il est important de bien le définir en se posant les questions suivantes: est-ce que je souhaite rester où je vis actuellement ?, est-ce que je veux me rapprocher de mes enfants ?, en zone rurale ?, en zone urbaine ?, à proximité de commerces ?…

 

Après avoir fait le choix sur le type d’établissement  souhaité, voici  les points de vigilance :

Se renseigner sur :

  • l’ambiance de l’établissement : le personnel, les résidents, des animations sont-elles proposées ? si oui lesquelles ?
  • sur les professionnels présents au sein de l’institution, leur présence (jour, nuit…), les relations professionnel/entourage familial…
  • Sur l’organisation de la vie quotidienne (heures de lever, de coucher, des repas…)
  • Sur où sont préparés les repas, sur place ?, est-il possible de déjeuner dans sa chambre ou uniquement au sein de la salle collective ?, est-il possible de recevoir de la famille à déjeuner…
  • Sur l’environnement/sécurité : y a-t-il un parc dans l’enceinte ou à proximité, est ce que le lieu est sécurisé (ex pour certaine pathologie type Alzheimer)…
  • Sur les visites,  sont-elles libres ou encadrées par des horaires ?
  • Sur les prestations de confort proposées ? coiffeur, podologue…
  • Sur le lieu de vie et si les chambres bénéficient d’adaptation ? (norme handicap)
  • Sur la possibilité de chambre double pour les couples …
  • Sur l’aménagement de la chambre : est-il possible d’apporter quelques meubles, est-ce que les animaux de compagnie sont admis ?

Parmi tous ces éléments, il convient de  lister ce qui est primordial  et  ce qui l’est moins et ce qui est facultatif.

Ensuite, il est important de visiter les structures.

Après les avoir visité, si les établissements proposent de l’accueil de jour ou des séjours temporaires, il est conseillé de faire un essai afin de pouvoir se projeter un peu plus.

 

Bien évidemment, la question du tarif risque d’influencer le choix. Les maisons de retraite ont une tri-tarification :

  • Le tarif soin réglé par l’assurance maladie
  • Le tarif dépendance qui varie en fonction du degré de dépendance, il est partiellement prix en charge par l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) en fonction des ressources
  • Le tarif hébergement qui quant à lui est entièrement à la charge du résident. Il convient de vérifier ce qu’il comprend car d’un établissement à l’autre les prestations peuvent être différentes. Pour les personnes ayant des ressources insuffisantes, il peut être pris en charge par l’aide sociale (si l’établissement est habilité). Les allocations logement peuvent également être allouées par la CAF en fonction des ressources et à condition  que l’établissement soit conventionné.
  • En sus, les prestations de « confort » : coiffeur, manucure…, le téléphone, la télévision, les produits d’hygiène, spectacles/sorties payants…

 

Ces différents éléments, devraient  permettre de faire un choix éclairé sur le nouveau lieu de vie.

Il est possible de se rapprocher des professionnels du Centre Local d’Information et de Coordination (CLIC  http://www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr/resultats-annuaire) et de son médecin traitant qui peuvent  conseiller et  accompagner.

 

Pour aller plus loin :

http://www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr/

https://trajectoire.sante-ra.fr/GrandAge/Pages/Public/Accueil.aspx

 

Sur le même thème :

Le maintien à domicile

Réduction d’impôts sur les frais en établissement pour les personnes âgées dépendantes

 

Publié le 12/10/2017

Réalisé par les travailleurs sociaux d’IMA