Parce que l’habillement joue un rôle important dans l’état de bien-être psychologique de chaque personne, une attention particulière sera portée à ce besoin fondamental de se vêtir et se dévêtir, lorsque des difficultés fonctionnelles affectent cette activité de vie quotidienne.

 

Le besoin de se vêtir et se dévêtir

Le vêtement est utilisé pour s’adapter aux besoins environnementaux et sociaux. Il est tout à la fois, une forme de communication non verbale en exprimant les valeurs personnelles et les habitudes de vie de la personne et une adaptation au contexte (climat, cycle d’une journée (jour/nuit), dimension culturelle).
L’individualité d’une personne et l’image corporelle que la personne a d’elle-même, se reflètent dans son habillement. Etre bien habillé apporte une meilleure confiance en soi. Il est très important de permettre à la personne de choisir ses vêtements.

 

Facteurs qui influencent la réalisation de cette activité

Eléments physiques, limitations fonctionnelles :

Le vieillissement entraine des changements physiologiques (modifications de la stature, diminution de l’endurance, de l’amplitude articulaire, douleurs ou inconfort à la mobilisation …) qui peuvent être associés à des pathologies particulières. Ces difficultés peuvent affecter les possibilités de se vêtir et dévêtir.
Cette activité nécessite des capacités de coordination, de dextérité, d’équilibre, de bonnes amplitudes articulaires et de la force musculaire.

Eléments psychosociaux et habitudes de vie

Les capacités cognitives de la personne permettent l’initiative de se vêtir ou se dévêtir, le choix des vêtements appropriés aux conditions extérieures, la réalisation de l’activité dans le bon ordre, la réalisation des gestes complexes pour manipuler les fermetures par exemple. Lorsque ces capacités sont affectées, elles ont un retentissement important sur le besoin de des vêtir et se dévêtir.

Il est essentiel de prendre en compte l’importance accordée à l’habillement et à la tenue vestimentaire par la personne et de lui permettre de conserver, si possible, son indépendance ou de participer activement à cette activité en cas d’incapacités nécessitant le recours à une aide.

Il est nécessaire de prendre en compte les habitudes liées à l’hygiène corporelle de la personne, à ses habitudes vestimentaires, les périodes de la journée (rythme jour/nuit), l’intérêt et la motivation de la personne à effectuer ses soins personnels.

Quelques soient les difficultés, la pudeur de la personne est à respecter. L’habillage relève de l’intimité.

Eléments environnementaux et matériel adapté :

L’environnement est –il sécuritaire pour réaliser l’activité ? Compte tenu des difficultés de la personne, il est important de vérifier que son environnement direct ne constitue pas un obstacle supplémentaire à la réalisation de cette activité (rangements des vêtements inaccessibles, éclairage insuffisant, difficulté à prendre des appuis fiables, exiguïté gênant la réalisation des mouvements, mobiliers ou accessoires susceptibles d’entrainer des déséquilibres …)

Des aides techniques courantes sont susceptibles de faciliter la réalisation de certaines tâches devenues difficiles.

Le choix des vêtements a son importance : certaines matières peuvent restreindre les mouvements en n’étant pas suffisamment extensible. Certaines coupes de vêtements sont plus exigeantes que d’autres en ce qui concerne les amplitudes articulaires pour les enfiler. Les types de fermeture (boutons, fermeture éclair, velcros …) nécessitent plus ou moins de dextérité.

 

Eléments pour le choix d’un vêtement

Une peau délicate qui s’irrite facilement : éviter les textures rugueuses. Certaines matières peuvent être irritantes (nylon, caoutchouc, laine, soie …), certaines teintures ou additifs ajoutés aux tissus (antistatiques, antitaches …) peuvent entrainer des réactions de la peau.

Des problèmes respiratoires : évitez les vêtements de tweed et de mohairs.

Attention certaines matières peuvent être glissantes, comme les tissus soyeux de la lingerie.

Les vêtements doivent être adaptés à la température ambiante pour éviter une trop forte transpiration et une déshydratation, ils doivent permettre la respiration de la peau et l’évaporation de la sueur.

Attention aux risques de chutes avec des vêtements trop longs (dans lesquels la personne peut se prendre les pieds) ou des vêtements trop amples qui risquent de s’accrocher aux poignées de porte ou au coin de meubles. Attention des vêtements trop rigides peuvent restreindre les mouvements et empêcher de rétablir sa position en cas de déséquilibre.
Un mauvais chaussage peut entrainer des chutes : choisir des chaussures fermées (qui prennent l’arrière du pied) avec des semelles antidérapantes et qui permettent aux orteils d’assurer leur rôle stabilisateur en étant suffisamment étalés.

Un bon confort : des vêtements suffisamment amples (mais pas trop) pour permettre une respiration et une digestion normale et ne pas gêner la circulation sanguine, les mouvements, le sommeil et le repos. Des tissus doux, chauds, confortables : coton, flanelle, jersey de coton, le nylon brossé, le velours acrylique …

Lorsque des limitations fonctionnelles sont présentes

Compenser certaines limitations en adaptant ses vêtements :

Certains fournisseurs proposent des gammes de vêtements adaptés permettant de faciliter l’habillage et le déshabillage. Certaines couturières adaptent également les vêtements de manière personnalisée.

Des vêtements pour le haut du corps : présentant des détails « cachés » comme :
• une ouverture totale du poignet au haut du bras afin de permettre une ouverture de manche qui enveloppe le bras.
• Des « scratchs » ou des aimants, dissimulés sous des boutons pour faciliter les fermetures du vêtement
• Un cordon pour passer le pouce en bas de vêtements ou au niveau du poignet pour faciliter la manipulation d’un « zip » de fermeture
• Des manches « raglan » avec des emmanchures larges pour limiter les mouvements nécessaires à l’enfilage.
• Des tailles amples et une élasticité du vêtement pour la facilité de mouvement
• Un soutien-gorge avec une fermeture à l’avant

Des vêtements pour le bas du corps :
• Des pantalons avec une coupe ergonomique adaptée à la position assise prolongée, comme en fauteuil roulant, avec un dos remonté, possibilité d’ouverture complète des jambes
• Des fermetures à velcro
• Des ceintures élastiques
• Des culottes fermées par « scratch »
• Des coutures positionnées pour ne pas blesser
• Des chaussures à larges ouvertures.

Utiliser des aides techniques :

Des petites aides techniques sont disponibles pour faciliter certaines actions :

• un enfile-boutons : il s’agit d’une poignée avec une extrémité terminée par un enfile-bouton permettant de saisir le bouton et de le passer dans la boutonnière lorsqu’une seule main est disponible. La poignée est plus ou moins épaisse selon les modèles et est à choisir en fonction des capacités de préhension. Certains modèles proposent un crochet à l’autre extrémité pour manipuler une fermeture éclair.
• un enfile-bas ou chaussette :
• un enfile-collant :
• un crochet d’habillage : pour enfiler ou retirer plus facilement un manteau ou une veste.
• un chausse-pied à long manche : avec ou sans embout pour désenfiler une chaussette ou un bas de contention sans avoir à se pencher.
• Des anneaux, « zips », « grip » pour fermeture éclair qui peuvent être accrochés à l’embout d’une fermeture à glissière pour disposer d’une « tirette » plus large et/ou plus longue facilitant sa préhension.
• Des fermoirs à bijoux aimantés
• Une pince d’aide à l’habillage : une pince pour maintenir le pantalon. Elle se fixe en position assise d’un côté sur le pantalon, de l’autre sur la chemise, ainsi le pantalon reste maintenu lorsque la personne se met debout. Utile lorsque la personne n’a qu’une main disponible, par exemple.
• Des lacets élastiques : pour retirer et remettre ses chaussures sans les délacer.
• Un tire-botte ou chaussures
• Pince de préhension
• Un enfile « culotte » : pour remonter le sous-vêtement jusqu’aux genoux sans se baisser.

 

Diminuer les conséquences de l’état de dépendance

Stimuler la participation active de la personne :

• Placer tous les vêtements à portée de main pour faciliter la réalisation de l’activité par la personne elle-même dès qu’elle en est capable.

• Inciter la personne à initier l’activité dès qu’elle en est capable, l’encourager à choisir ses vêtements et lui fournir l’aide nécessaire par la suite.

• Laisser à la personne le temps nécessaire pour réaliser l’activité à son rythme.

• Choisir des vêtements pratiques.

• Respecter l’intimité de la personne, ses préférences et ses habitudes.

• Fractionner les activités de vie quotidienne selon la tolérance de la personne pour qu’elle puisse y participer si sa fatigue est trop importante.

 

Liens utiles :

Vêtements adaptés aux séniors et aux personnes à mobilité réduite :
www.facilenfil.fr
www.selfia.com
www.crea-confort.com

Vente par correspondance d’aides techniques à l’habillement :
www.tousergo.com
www.identites-vpc.com

Dossier réalisé par les ergothérapeutes de SERENA.